Quel est le principal bénéfice de la cryptographie asymétrique ?

La cryptographie asymétrique est un système qui est indispensable dans le partage des données. Trouvez dans cet article sa définition, ses avantages et ses inconvénients, son principe et sa différence avec une cryptographie symétrique. Nous vous dévoilons aussi des exemples de chiffrement asymétrique.

Qu’est-ce que la cryptographie asymétrique ?

La cryptographie s’avère être une discipline qui consiste à préserver les contenus par un système de clé. Il s’agit d’un système de cryptographie asymétrique blockchain qui s’utilise afin de protéger l’identité de l’expéditeur sur le secteur de la transaction. Cela permet donc de certifier que c’est bel et bien l’auteur. Chaque utilisateur dispose d’une clé privée ou clé de chiffrement qui demeure secrète et d’une clé publique ou clé de déchiffrement qui est diffusée. Ces deux clés sont associées à chaque portefeuille électronique.

Cryptographie asymétrique : avantages/ inconvénients

La lenteur du chiffrement constitue l’inconvénient fondamental de la cryptographie asymétrique. Cette dernière requiert énormément de puissance de calcul. De ce fait, un système hybride a été conçu dans le but de combiner le système symétrique et asymétrique et de profiter de leurs avantages. Le chiffrement asymétrique garantit la transmission de clés. Ainsi, le transfert désagréable des clés privées d’un cryptosystème sera contourné. Cela assurera la sûreté, la rapidité et la praticité d’un chiffrement.

Les systèmes de cryptographie reposant sur l’identification, c’est-à-dire la signature cryptographique asymétrique et le certificat cryptographique asymétrique, ont assuré la résolution des problèmes antérieurs. Il s’agit entre autres de l’authentification non sécurisée ou encore la forte vulnérabilité aux logiciels malveillants.

Cryptographie asymétrique : principe

Dans le cas d’une cryptographie asymétrique, chaque interlocuteur aura à sa possession deux clés. Ce sont la clé publique et la clé privée. Grâce à un algorithme mathématique, elles sont étroitement liées. C’est-à-dire que les données chiffrées à l’aide d’une clé publique ne peuvent être déchiffrées que par la clé privée uniquement. Afin de protéger ses données et pour que le chiffrement asymétrique fonctionne correctement, il faut que cette clé privée demeure secrète et détenue par une seule personne.

Pratiquement, l’expéditeur de données doit détenir la clé publique du destinataire. Dans ce cas, cette clé actionne à sens unique. Pour être plus précis, elle a la possibilité de crypter les données, mais ne peut pas les déchiffre. Le déchiffrement ne pourra pas se faire sans la clé privée du destinataire. De plus, à part le déchiffrement, la clé publique assure aussi la vérification de la signature numérique et l’identité des interlocuteurs.

Les clés sont transmises lors de la première rencontre. La clé privée génère la signature numérique et ne peut pas être connue des autres interlocuteurs. Le chiffrement asymétrique permet donc à chaque participant d’accéder à la clé publique, mais le déchiffrement ne pourra pas se réaliser sans la clé privée. Cela offre une meilleure sécurité pour chacun dans l’échange des données.

Cet article peut également vous intéresser : Comment obtenir un certificat eIDAS ?

Quelle différence y a-t-il entre un cryptage symétrique et asymétrique ?

Les cryptographies asymétriques et symétriques sont deux procédés qui servent à protéger la confidentialité d’un message. Le cryptage symétrique peut réaliser le cryptage et le décryptage du message à partir d’une même clé. Le chiffrement asymétrique, quant à lui, nécessite l’usage de deux clés : une clé publique pour chiffrer les données et une clé privée pour les déchiffrer.

Exemple de cryptographie asymétrique

Pretty Good Privacy appelé également PGP est sans doute le programme de chiffrement le plus réputé. Reposant sur le principe de chiffrement asymétrique, il vise à crypter les emails. Cela engendrera l’installation d’une clé privée et d’une clé publique. Cette dernière peut être exportée ou accessible dans une base de données centralisée. Ainsi, les clés individuelles des interlocuteurs peuvent les consulter. Cette clé publique garantit le chiffrement des données et l’identification d’email ou de message comme chiffré par le biais du PGP. Le destinataire pourra par la suite lire ce message en utilisant sa clé privée.

Les processus de signature ainsi que le chiffrement asymétrique sont étroitement liés. La cryptographie asymétrique RSA s’avère être la méthode la plus réputée dans ce domaine d’application. Le terme signature évoque le cryptage du message grâce à la clé privée. Donc l’expéditeur signera son message avec RSA et le code de cette manière. Ce n’est qu’après que le message pourra être envoyé. La clé publique permettra au destinataire de vérifier l’authenticité et l’identité du message. RSA est connu pour être un procédé de signature le plus ancien et le plus sûr.

Voici un exemple tangible d’un protocole de cryptographie. Il s’agit du chiffrement avec SSL/TLS. Il procure une communication fiable. Prenons l’exemple du serveur Web et le navigateur. Ce protocole offre une excellente authentification du serveur. Il emploie le chiffrement hybride qui combine à la fois la technique asymétrique et la technique symétrique. Une autorité de certification signera la clé publique et le certificat obtenu sera chiffré. De ce fait, ce n’est que la clé publique de l’autorité de certification uniquement qui pourra ouvrir le certificat. Par exemple, le serveur Web transmet sa clé publique qui est certifiée au navigateur. Ce dernier vérifiera ensuite le certificat. S’il est valide, le navigateur conçoit une clé symétrique et l’expédie au serveur Web. Dorénavant, les deux useront ensemble de cette clé commune jusqu’à la fin de la session SSL/TSL. Cela facilitera le décodage symétrique de leur échange de données.

Article précédent Quels sont les objectifs du RGPD ?